La peur de vieillir

  • « J’AI PEUR DE VIEILLIR »…
  • Voici d’emblée la première phrase de ma patiente âgée de 67 ans.
  • Madame court de chirurgiens en chirurgiens. A deux reprises, elle s’est faite opérer le visage : les paupières supérieures et l’ovale du visage. Elle paraît pourtant jeune pour son âge.
  • Elle s’apprête à entamer une dernière opération de chirurgie esthétique pour rajeunir son cou.
  • Malgré toutes ces démarches, elle est toujours malheureuse :
  • « Elle n’est plus comme avant, elle n’est plus la même qu’avant  » me dit-elle.
  • —-> Je lui explique que la peur est une émotion importante, à considérer.
  • Elle m’explique que vieillir la terrifie. Elle en arrive à jalouser et envier les jeunes gens.

Je lui demande si l’émotion « peur » peut reculer et repousser le processus de vieillissement ?

« Non bien sur que non » me répond-elle.

–> Tout à fait : la peur ne pas pas empêcher le processus de vieillissement car ce processus inéluctable.

Elle m’explique que le temps lui a beaucoup pris : son mari, sa séduction. Après sa première opération, elle s’est sentie mieux. Mais la déprime revient à nouveau : « elle ne sera jamais plus comme Avant » et elle est maintenant seule. « Elle ne sert plus à rien » me dit-elle.

« C’est difficile et douloureux de perdre deux êtres aimés » lui expliquais-je.

Elle me regarde étonné : « Non, une seule : mon mari »

Pourtant ma patiente a perdu DEUX PERSONNES : elle-même et son mari. Ces deux pertes douloureuses et inacceptables sont deux traumatismes qui engendrent des confusions dans son esprit.

« Oui, vous avez aussi perdu l’ancienne vous-même. Vous agissez comme l’ancienne version, l’ancienne vous-même, celle que vous étiez. Pourant cela est juste impossible. »

—> Ces pertes insuportables sont des traumatismes non intégrés. Ils engendrent alors peur, dépression, mal-être.

En effet, Madame veut redevenir comme avant et lutte avec force contre le principe de réalité. Vouloir se battre contre les changements naturels de l’existence c’est carrément nager à contre-courant avec la vie. Le risque est de s’épuiser, se fatiguer et pourquoi de pas se noyer ! C’est utiliser ses forces vitales et ses ressources internes pour aller vers mauvaise direction.


En EMDR, nous allons sur plusieurs points ;

  • Retraitement du traumatisme de la perte du mari
  • Augmentation des ressources et du sentiments d’efficacité (se sentir utile).
  • Exercices d’ancrage
  • –> L’aider à intégrer l’idée que lutter de toutes ces forces pour revenir dans le passé est tout simplement stérile.
  • L’aider à sortir de cette confusion qui est un effet des traumatismes. —> En effet, revenir dans le passé n’est pas possible, tout comme récupérer le feu mari ou exactement sa séduction d’antan.
  • Définir un ou des objectifs thérapeutiques atteignables choisis ensemble dans la séance. Ma patiente a choisi les suivants :
  • « S’estimer comme on est : prendre soin et investir la « Nouvelle version ».
  • Surmonter l’absence du feu mari
  • Optimiser l’usage du temps qui lui reste pour de nouveaux projets

NB : je remercie sincèrement ma patiente d’avoir accepté que j’écrive ce sujet sur elle.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.